Le travail, une valeur mal en point

Le travail, une valeur mal en point

Une bulle symbolique d'un côté. Une réalité humiliante de l'autre. Dans une société où le désir de réalisation de soi est très fort, le travail a pris une valeur symbolique disproportionnée au regard de la récompense matérielle à laquelle il donne droit. L'argent du travail ne permet pas de capitaliser en vue d'une échéance importante de la vie d'un salarié. Pour y faire face, il faut l'opportunité d'un héritage, d'une plus-value immobilière ou, pour les cadres, d’un licenciement accompagné d’indemnités bien négociées. L'argent du travail est réduit au rôle d'argent de poche.

 

Sur le papier, la valeur travail ne souffre aucune critique. Au pays de l’égalité, l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme retient en effet que l’admissibilité des citoyens aux dignités et aux places se fait « selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ». Avec plus de bonhomie et de légèreté, Georges Brassens ajoutait que « sans travail, le talent n’est rien qu’une sale manie ». Le travail est ainsi le meilleur moyen de féconder nos talents et nos vertus, de développer nos capacités. Il conditionne en conséquence l’accès aux « positions », comme disent aujourd’hui les sociologues, les unes et les autres plus ou moins bien considérées. Au sein d’une société tiraillée entre aspirations égalitaires et hiérarchies implicites, le travail est assurément le juge de paix. A tout le moins, et mieux qu’aucune autre valeur, il concentre les qualités pour occuper ce poste.

Pourtant, cette valeur est bien mal en point. A courte vue, d’aucuns y verront un effet des « 35 heures ». Ils n’ont pas complètement tort, à ceci près que cette réforme, que nous payons encore au prix fort, n’est jamais que le maillon d’une chaîne que nous portons péniblement et de longue date. En deux mots, et ceci n’est pas d’hier, la valeur travail souffre d’un surinvestissement symbolique et d’un sous investissement matériel. On devine la conclusion. Qui veut rehausser la valeur travail doit se hâter de faire l’inverse. Développons.

Au moins en France, la vulgarisation de la pensée marxiste, qui a servi d’assise idéologique aux premières luttes sociales, s’est construite sur la conviction que le capitalisme a perverti la valeur travail. Il fallait y voir une source d’émancipation et de liberté. Les premiers capitaines d’industrie l’ont réduit à l’état de facteur de production. Le travail des ouvriers est ainsi devenu le vecteur de leur aliénation. Même si les luttes se sont adoucies, l’idée que le travail doit être le lieu d’un épanouissement personnel n’a cessé de se renforcer au fil du temps. La refonte des politiques managériales à la fin des années 1980, magistralement décortiquées par Luc Boltanski et Eve Chiappello dans le Nouvel esprit du capitalisme, s’est déroulée en forme de réplique au slogan des seventies qu’on ne peut « perdre sa vie à la gagner ». Les grandes firmes se sont ainsi mises au défi d’offrir le meilleur à ceux qui de salariés devenaient collaborateurs. Certains y croient encore et sur l’air des lampions, fêtent chaque année leur entreprise en chantant « j’aime ma boite ».

Les débats sur les risques psycho-sociaux et la souffrance au travail s’inscrivent sans conteste dans ce mouvement d’exagération des attentes qu’inspire le travail. En observateur averti, Patrick Légeron, auteur notamment du Stress au travail, relève que la souffrance se nourrit du surinvestissement. Celui qui craque, c’est d’abord celui qui en fait trop. Il n’obtient pas la reconnaissance attendue alors qu’il juge avoir beaucoup donné. Il souffre en silence jusque parfois, au point de rupture. D’où à nouveau, réflexions et débats sur le bien-être en entreprise, la nécessaire construction d’un nouvel humanisme et plus généralement sur l’identité professionnelle et la fonction symbolique du travail.

 

Ce qu’on attend du travail est à mettre en parallèle avec ce qu’on en reçoit, au sens le plus matériel des choses. Une rémunération, sans aucun doute, mais assez faible en réalité. Pour peu qu’elle soit honorable, elle autorise essentiellement le recours au crédit et permet accessoirement de payer des impôts. En elle-même et sauf quelques rares professions, probablement en voie de disparition d’ailleurs, dont l’exercice est assorti de bonus mirobolants, les revenus du travail ne permettent guère de capitaliser. Pourtant, seul un minimum de capitalisation offre aux individus le sentiment de sécurité propice à la mise en œuvre de projets d’avenir, la sérénité nécessaire à une prise de risque raisonnée.

 

Quels sont donc les dispositifs qui permettent de capitaliser, c’est-à-dire ceux qui permettent d’accumuler une ou deux années de rémunération et ainsi de se constituer un patrimoine ? Dans la société bourgeoise, petite, moyenne ou grande, ils sont au nombre de trois : l’héritage, les plus-values immobilières et, pour ceux qui sont en mesure de les négocier, les indemnités de licenciement. Il n’est pas rare de voir un couple de cadres amorcer la pompe de l’accès à la propriété grâce à une fraction d’héritage, solder les emprunts complémentaires lors d’un licenciement et loger les enfants grandissant après revente d’un logement devenu trop grand et affectation des plus-values à leur bénéfice. Ce cycle a sans doute des vertus, mais chacun conviendra que la valeur travail s’y épanouit timidement. D’autant que ces trois sources de capitalisation sont peu ou pas taxées, en tout cas bien moins que ne le sont les revenus du travail. D’ailleurs, par une curieuse habitude de langage, ceux qui perçoivent un haut revenu sont généralement désignés comme des « privilégiés ». Une taxation élevée de leur rémunération passe ainsi pour une évidente mesure de justice sociale. A y réfléchir un peu plus, l’évidence dissimule mal une curieuse inversion de valeur.

Quiconque voudrait remettre les choses à l’endroit pourrait suggérer que, sous un angle symbolique et matériel, le travail retrouve sa juste place. Il serait tout d’abord rappelé que le travail est en premier lieu le moyen le plus commun, accessoirement pas le plus malhonnête, de gagner de l’argent et d’assurer par ce biais, sa subsistance et, souhaitons-le, son bien-être matériel. Il est souvent plus que cela, en ce qu’il est l’occasion de rencontres, d’échanges et de reconnaissance. Faut-il pour autant que l’obtention des bienfaits qui l’accompagnent constitue un impératif catégorique ? Il est permis d’en douter, sauf à provoquer déceptions et parfois drames. Au reste, quiconque s’est construit une existence personnelle équilibrée sait qu’il travaille d’autant mieux que sa vie n’est pas réduite à sa seule sphère professionnelle. Il est temps de dégonfler la bulle symbolique créée autour du travail. Cette première tâche accomplie, il faudrait ensuite que matériellement, les revenus du travail soient un peu plus que de l’argent de poche. Certes, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et ceux qui veulent faire fortune n’ont qu’à se faire entrepreneur. Il serait bon cependant, à l’heure où les uns et les autres appellent à la révolution fiscale, sans cependant la définir clairement, qu’un rééquilibrage s’opère entre la bien légère taxation des capitalisations toutes faites et la lourde imposition des revenus du travail.

Par Xavier Lagarde


Article suivant

Article précédent


Contact info

30 RUE CLAUDE LORRAIN 75016 PARIS
TÉL : 01 46 51 12 21

Restez informé

Abonnez-vous afin de pouvoir recevoir les actus et évènements PREMICES.


!